Tel. 02 98 62 11 70 - Mail. contact@riverstones.fr
Votre panier est vide

Les mouches LE FEVRE, une nouvelle aventure pour ces mouches bretonnes

, dans Actualités produits pêche

La mouche à Jo, la Docteur K… ces noms évoquent pour chaque pêcheur à la mouche des souvenirs de pêche inoubliables, où la « mouche Le Fèvre » a encore fait des miracles pour décider cette truite têtue, à gober enfin votre mouche. Yann Le Fèvre, pêcheur à la mouche et monteur a remis en lumière la mouche bretonne. Il a su saisir le caractère de cette mouche « Simple, solide et efficace ».

yann-le-fevreYann Le Fèvre a toujours été soucieux de transmettre son savoir, comme en son temps, Charles le Caer ou Henri Clerc lui avaient fourni leurs conseils. Aujourd’hui Yann Le Fèvre a décidé de prendre sa retraite de monteur de mouches. Mais soucieux de voir l’aventure des mouches bretonnes perdurer, il a proposé à Philippe LE MAUX, responsable de RIVERSTONES, de prendre sa succession. Philippe a décidé de mener cette nouvelle aventure en collaboration avec ses amis Laurent, Christophe et son frère Jean Yves. Les mouches LE FEVRE vont ainsi pouvoir garder la place qu’elles méritent dans nos boites à mouches. Depuis le mois de Mai 2018, la transmission des fiches de montage et des « tours de mains » s’effectuent entre Yann et Philippe. Petit retour en arrière sur cette nouvelle étape dans l’histoire des mouches Le Fèvre.

H2 Yann LE FEVRE, pêcheur, monteur et mémoire de la mouche bretonne

Yann le Fève est né, à Lanvollon dans les Côtes d’Armor, et sa première rivière sera tout naturellement le Leff. Le charcutier du village, Charles Le Caer, dit « Charlot », lui fait découvrir l’art de la pêche à la mouche. Après de longues années d’apprentissage, Yann deviendra un fameux pêcheur, doublé d’un monteur de mouches reconnu bien au-delà des rivières de Bretagne. yann-le-fevre4
Au début des années 1970 Yann constate que la tradition de la pêche à la mouche a pratiquement disparu en Bretagne, hormis sur deux rivières l’Ellé et le Scorff. Il refuse de voir disparaitre tout le savoir et l’expérience des monteurs de mouches bretonnes. En 1978 Yann Lefèvre ouvre son premier magasin à Lanvollon, et participe à la création de la première école de pêche Bretonne. Yann entame également à ce moment un véritable travail d’inventaire sur le terrain, qui le conduit bientôt à la tête d’une des plus belles collections de mouches et de matériel de pêche en Bretagne. Pêcheur, monteur, collecteur, peintre, Yann le Fèvre connaît toute l’histoire et la richesse de ce patrimoine halieutique, et il n’aura de cesse de le sauver de l’oubli. Comme l’avait fait Charles Le Caer, il s’attache à son tour à transmettre son savoir et son expérience. Il rejoindra l’APPSB Association pour la Protection du Saumon en Bretagne qui deviendra quelques années plus tard Eaux et Rivières de Bretagne. Casquette en tweed vissée sur la tête, veste Barbour sur les épaules la silhouette de Yann Le Fèvre est indissociable des rivières Bretonnes : l’Aulne, l’Ellé, le Scorff, le Trieux, l’Aven, le Léguer, la Penzé… dont les pêcheurs ont tous dans leur boîte à mouches, au moins une mouche bretonne, montée par Yann Le Fèvre.

H2 La mouche bretonne, inspirée par des mouches venues de Grande Bretagne

Mais qu’est ce qui fait de cette mouche bretonne, une mouche artificielle si particulière ?
Pour Yann Le Fèvre « L’école Bretonne a de tout temps produit des artificielles sobres, assez neutres, confectionnées avec des matériaux du terroir. Elle n’est pas forcément jolie, car tout objectif qui ne sert à prendre du poisson doit être banni ». Et quand une mouche convient à une truite bretonne elle conviendra à toutes les truites, où que l’on soit.
L’histoire de cette mouche bretonne débute à la fin du 19ème siècle, quand les pêcheurs anglais avaient l’habitude de venir pêcher, les très réputées rivières de Normandie et de Bretagne. Au début du 19e siècle la pêche de loisir n’existe pas vraiment en Bretagne, ni en France. Pêcher en eau douce est avant tout un moyen de subsistance complémentaire, alors qu’en Grande Bretagne la pêche à la mouche avait déjà à cette époque une tout autre importance.
Les pêcheurs à la mouche bretomouche-le-fevre4ns, équipés d’une longue perche en noisetier sur laquelle est accrochée une ligne de gut et une mouche montée à partir des plumes des volailles de la basse-cour, vont provoquer la moquerie des moucheurs britanniques. De nombreux journalistes et écrivains britanniques écriront des articles et des ouvrages sur la pêche à la mouche en France. En 1847, Roderic O’Connor fait paraître un ouvrage dédié à la pratique de la chasse, du tir et de la pêche en France. Dans le chapitre « Pêche de la truite », on peut lire : « Certains « artistes » locaux pratiquant les rivières françaises sont les plus singuliers pêcheurs à la mouche imaginables. A l’aide de leur grossière canne, tenue à deux mains, ils fouettent inlassablement l’eau comme s’ils voulaient en assommer les rats d’eau, ou chasser les petits poissons vers un filet… Leur équipement est de nature rustique. Leurs lignes rudimentaires sont faites de quelques brins de gut, noués grossièrement ensemble, et leurs mouches – si on peut les appeler ainsi ? – ne ressemblent à rien de ce que vous avez pu voir jusqu’ici… ». No comment…

mouche-le-fevre3


Mais les paysans bretons qui guident les pêcheurs anglais sur les meilleurs secteurs de leurs rivières ne perdent pas leur temps. En récupérant quelques mouches « égarées » dans les arbres par les pêcheurs anglais, ils vont s’attacher habilement à les copier avec les moyens du bord. Les plumes exotiques et rares en provenance des colonies britanniques seront remplacées par des plumes de paonne ou de poule, de la bourre de sanglier, du poil de blaireau ou de lièvre. Ces nouvelles mouches anglaises arrangées « à la Bretonne » vont être peu à peu améliorées en fonction de la couleur de l’eau et du profil de chaque rivière. Les pêcheurs bretons ayant peu d’occasions de se retrouver d’une rivière à l’autre, une très grande diversité de modèles va ainsi voir le jour. Ces mouches bretonnes seront bien souvent baptisées du nom de la rivière où elles avaient vu le jour : la noire de l’Odet, la mouche du Léguer… . Elles portaient aussi le nom de leur monteur : la mouche du père Le Gall, la mouche du Père Clerc, la mouche du Commandant Latour…

 

H2 La mouche bretonne, une mouche efficace, confectionnée avec des matériaux du terroir.

Pour Yann Le Fèvre les mouches bretonnes répondent aux exigences de cette époque « Au siècle dernier la vie est rude, en Bretagne. Le paysan breton va à la pêche pour améliorer son ordinaire. Sa mouche est un outil qui doit être prenant certes mais aussi solide et rapide à monter de surcroît sans étau. ». Les mouches bretonnes sont le fruit de l’observation et d’une parfaite connaissance de chaque rivière.

Ces yann-le-fevre3mouches vont rapidement s’avérer plus prenantes que les modèles classiques anglais qui leur avaient servi de modèles. « La raison en est simple. Les modèles bretons ne jouent pas sur les effets de couleur mais sur des qualités mécaniques autrement dit de mouvement. Taille, visibilité, mais plus encore le comportement de la mouche dans l’eau sont des critères primordiaux. Une bonne mouche doit avant tout vibrer, respirer sous l’eau ». Pour Yann Le Fèvre sa collection de mouches artificielles s’inscrit dans cette évolution « où seul subsiste l’essentiel. J’ai cherché à conserver le nécessaire et à répondre, au travers de mes montages, aux critères qui selon moi font une bonne mouche : une mouche qui pêche».

H3 Un concept unique, le choix de trois nuances : foncée, neutre et claire

A ce souci d’efficacité et de simplification qui caractérisent les mouches bretonnes, on peut ajouter une autre particularité adoptée par de nombreux monteur-pêcheurs bretons, le choix de pêcher avec une seule mouche artificielle déclinée en plusieurs tailles et dans trois nuances de teintes : foncé, neutre et clair, que l’on va choisir en fonction de clarté de l’eau et de la luminosité ambiante. Le choix de ces trois nuances combinées aux silhouettes, tailles et différents stades de la vie de l’insecte se retrouve dans la collection Le Fèvre, comme dans la fameuse série des Lanvollonaises.
Yann Le Fèvre est un « gentleman-pêcheur » attaché, à une certaine idée de la pêche à la mouche. Un passionné, amoureux du bel ouvrage, intransigeant sur la qualité de ces montages. Il était hors de questions que tout ce travail entrepris par lui, pour redonner vie à la tradition des mouches bretonnes, ne soit pas poursuivi.

H2 Philippe LE MAUX reprend le montage des mouches LE FEVRE

Philippe Le Maux fait la connaissance de Yann Le Fèvre en 1978 quand il créé son magasin de pêche à la mouche à Lanvollon. Philipe commence à pêcher la truite grâce à ses mouches, comme la KERNEGUEZ et la LISCORNO. Depuis cette date il a toujours entretenu une relation privilégiée avec Yann. « J’étais très attentif à ses conseils, et sa générosité dans la transmission de son savoir rendait les choses vraiment passionnantes ». Quand Philippe Le Maux s’installe en 2000 à Morlaix Yann Le Fèvre lui apporte ses conseils dans la création du concept du magasin. Tout naturellement dans les magasins AU FIL DE L’EAU et RIVERSTONES, les mouches LE FEVRE ont toujours été en très bonne place ! Quand Yann Le Fèvre décide de prendre sa retraite il propose à Philippe de prendre sa succession et de poursuivre le travail de promotion de la mouche bretonne.

H2 une passation qui commence par un apprentissage

Comme Yann Le Fèvre le disait lui-même concernant son travail de monteur « au début on copie ceux qui nous ont précédés… il nous faut d’abord assimiler le passé pour réaliser le présent ». La décision de rachat des mouches LE FEVRE a été prise en Mai 2018. Depuis cette date Philippe LE MAUX retrouve régulièrement Yann Le Fèvre afin d’acquérir et de maitriser parfaitement la technique de montage de chaque mouche. Les mouches truite et saumon sont montées en respectant scrupuleusement les fiches de montage, et l’utilisation de matériaux de montage de haute qualité. Cette formation poussée et les petits conseils prodigués, entre autres pour augmenter la solidité des mouches, permet de conserver aux mouches LE FEVRE toute leur qualité et leur efficacité. La formation prodiguée par Yann est prévue jusqu’au début de l’année 2019.

montage-mouche-le-fevre3

montage-mouche-le-fevre4

H2 Les points forts de la collection des mouches LE FEVRE

La collection des mouches LE FEVRE regroupe des mouches noyées, des nymphes, des émergentes et des mouches sèches pour pêcher la truite. Grâce à cette collection « complète » il est possible de pêcher avec les mouches LE FEVRE tout au long de la saison, et sur toutes les rivières du monde. D’autre part, dans la tradition des mouches bretonnes, les mouches LE FEVRE sont toujours montées aujourd’hui avec des matériaux naturels d’origine locale : plume de paonne, laine de mouton d’Ouessant, plume de cul de bécasse… Autre point fort des mouches LE FEVRE, connu et reconnu, leur solidité. La fiche de montage de chaque mouche intègre cette qualité.
Pour le saumon, la collection LE FEVRE met en avant des plumes molles comme les plumes de paonne, et des matériaux plus raides comme le poil de blaireau ou la laine du mouton d’Ouessant. Pour Yann Le Fèvre la première qualité d’une mouche à saumon, c’est de vivre « entendez par là, de remuer, de bouger dans l’eau, simulant ainsi un insecte, une crevette, un poissonnet… ». Les mouches à saumons LE FEVRE sont aussi efficaces pour pêcher le saumon en Bretagne, en Irlande ou en Norvège !

montage-mouche-le-fevre5montage-mouche-le-fevre2

 

Outre l’utilisation de matériaux naturels de qualité et une finition parfaite, la collection des mouches LE FEVRE est également réputée pour sa grande cohérence et une fabrication locale. Toutes les mouches LE FEVRE ont toujours été montées en Bretagne, et cela reste inchangé car nos mouches sont désormais montées dans notre atelier de montage à Morlaix (29).

H2 Une nouvelle aventure commence pour les mouches LE FEVRE

Sont impliqués avec Philippe LE MAUX dans cette nouvelle aventure, ses deux amis pêcheurs à la mouche Laurent et Christophe et de son frère Jean Yves, ainsi que . Tous les quatre ont pour objectif de promouvoir la marque LE FEVRE, à travers une collection de mouches bretonnes, une gamme de fly-tying et de produits complémentaires. L’objectif est de conserver aux mouches LE FEVRE toutes leurs qualités, en perpétuant « l’esprit Le Fèvre » qui met en avant des matériaux naturels bretons. Ils souhaitent également développer la gamme des mouches, avec notamment une Oreille de lièvre « revisitée » et quelques séries limitées de mouches comme une Peute en Cul de bécasse. Ces nouveautés sont créées en collaboration avec Yann Le Fèvre.
Nous aurons très bientôt l’occasion de revenir sur ces nouvelles mouches, ainsi que sur un rappel de l’ensemble des modèles de mouches à saumon et mouches à truite LE FEVRE commercialisée sur le site RIVERSTONES.

mouche-le-fevre

Riverstones - 17 rue de Brest - 29600 MORLAIX - 02 98 62 11 70

Copyright - depuis 2016